Quand le moral fait des hauts et des bas

Bonjour à toi cher lecteur,

Aujourd’hui est un de ces jours où j’ai l’impression d’avoir fait 6 pas en arrière après avoir eu une super période pleine d’énergie, d’entrain et d’espoir.

C’est une sensation qui me frustre énormément! Surtout que pendant la période où ça va mieux, je me dis toujours « Wooow! Cette fois ça y est! J’y suis presque, enfin! Adios définitivement dépression! C’est bon je suis:  « Libérée, Délivrée » 😉 »

Mais voilà comme d’hab ça ne dure pas…et la chute est d’autant plus violente que la montée était belle…

Arrivent alors les invariables questions : »Je vais donc jamais m’en sortir? Qu’est ce que j’ai encore fait de faux pour que ça aille à nouveau mal? Pourquoi encore et toujours ce sentiment de tristesse et cette fatigue qui me prend toute mon énergie?? »

Est-ce qu’à toi aussi ça t’arrive de te retrouver à nouveau tout en bas alors que tu avais eu un peu d’espoir d’enfin voir le bout du tunnel? Si oui, raconte moi ton expérience dans les commentaires! Je me sentirai moins seul au monde…

Ayant réellement horreur de ces « rechutes », retombée de moral et de ces descentes, je me suis beaucoup renseignée afin d’en découvrir un sens, une astuce pour s’en sortir, bref n’importe quoi qui face que je me sente moins misérable pendant ces moments là. Car oui, je crois bien que le pire dans tout ça c’est le discours intérieur en ces moments là. Je m’en veux, mais teeeeellement de pas arriver à maintenir un moral normal, de pas pouvoir continuer à faire les choses comme j’aimerai et de me sentir à nouveau si mal… Du coup j’ai une partie de moi qui vient purement et simplement me taper dessus parce que je suis mal. Inutile de préciser qu’elle ne m’aide pas beaucoup! Ce qui renforce juste l’autre partie de moi qui est totalement terrorisée à l’idée de jamais s’en sortir et de vivre pour toujours ces moments de dépression.

J’ai envie de partager avec toi une vision de la vie qui m’a profondément touchée et me met vraiment du baume au cœur pendant ces moments là :

La vie c’est comme un souffle, une vague de la mer, les battements du cœur… Il y a des hauts et des bas, à chaque moments, chaque jours. Tout change, tout le temps, à tous moments. Quand il n’y à plus ce mouvement de haut et bas, ce perpétuel changement c’est………. qu’on est mort tout simplement, comme un cœur qui s’arrête de battre.

Alors bien sûr, je suis tout à fait consciente que même si tout le monde à ces hauts et bas ils sont plus violents chez certaines personnes jusqu’au point de ne plus arriver à fonctionner normalement. Mais au moins c’est rassurants de savoir que c’est normal n’est-ce pas? Reste plus qu’à les rendre plus doux et moins en mode « montagnes russes ».

Pour cela voici la technique découverte:

1. Stopper sa course à la perfection

Se rappeler que le fait de vouloir être uniquement et toujours au top de sa forme, au top financièrement, au top émotionnellement, au top sentimentalement,… est totalement illusoire et impossible. Faire de son mieux, un pas à la fois, dans la situation actuelle est la meilleure chose à faire sans chercher à être Parfait en tout et en tout temps.

2. Accepter ses bas

Rejeter ce qui nous déplaît, mettre sous le tapis tout ce qui nous dérange que ce soit dans notre comportement, nos blessures, des aspects de notre situations personnel, professionnel,…  ne sert malheureusement à rien, car comme nous pouvons en faire l’expérience tous les jours, ce qu’on tente de mettre de côté revient en force dans notre vie à un moment où à un autre et encore plus imposant qu’au départ! Tentons d’accepter la situation actuelle aussi douloureuse soit elle, sans jugement ni culpabilité et regarder ce qui est en notre pouvoir pour nous sentir mieux. Soyons doux avec nous même…

3. Le moment présent

Rester centrer sur le moment présent est La meilleure des techniques que je connaisse à ce jour et qui aide autant quand on s’emballe et qu’on semble juste surfer sur la vague de tout ce qui se passe tellement vite dans notre vie que pendant les périodes les plus sombre, est de revenir tout simplement au moment présent.Que ce soit en respirant en pleine conscience, par une méditation centrée sur ses émotions ou encore un bodyscan (une technique de méditation qui se concentre sur chaque partie du corps l’une après l’autre, j’écrirai bientôt un article dessus!), quelque soit la méthode qui permet de se recentrer sur soi en ce moment est vraiment la meilleure des techniques pour se sentir mieux! D’ailleurs j’en profite pour te conseiller l’excellent livre « Le pouvoir du moment présent » de Eckart Tolle qui est juste fabuleux et qui explique en profondeur les bienfaits et l’importance de se remettre dans le moment présents aussi souvent que possible. Si tu aimes les méditations guidées ou n’est pas familiarisé avec la méditation, je peux que t’inviter à découvrir les livres et méditations guidée du psychiatre Christophe André dont j’adore les méditations!

4. Garder en tête que « tout change »

Souvent quand on se sent mal ou qu’on se trouve dans une situation difficile nous avons tendance à oublier que : Tout change! Rien ne reste constant dans une vie. Maintenant c’est difficile, d’accord, faisons de notre mieux et bientôt la situation changera!

 

 

En espérant que cet article puisse t’aider à mieux vivre les hauts et bas que tu subis en ce moments, je t’embrasse et te dis à très vite!!!

 

 

Reçois chaque début du mois le Courrier du Colibri avec des conseils exclusifs et les derniers articles de Dépress’Action

Comments

  • Virginie on

    Super article ! J’ai un peu la même méthode et c’est efficace. Bonne continuation pour ton blog 🙂

    • Vanda on

      Merciiii pour ton commentaire!!! C’est adorable de ta part! 🙂

  • Caroline on

    Merci pour cet article ! Je me sens moins seule… C’est vrai que quand on a des bas on a l’impression que l’on ne va cesser de sombrer, et qu’on ne sortira jamais la tête de l’eau ! Pour ma part j’ai des périodes où je suis pleine de vie, de rires, de bonne humeur et d’optimisme, et des semaines entières durant lesquelles j’angoisse, je remets tout en question et je suis d’une morosité ambiante (sans compter les insomnies…).
    Je me demande à chaque fois si je suis normale et je cherche toujours à me trouver un diagnostique psychiatrique pour trouver une raison à ce mal-être… Au final tout finit par rentrer dans l’ordre et comme tu dis on oublie la période que l’on vient de passer… C’est vraiment désagréable d’être aussi instable… Et c’est encore plus dur de l’accepter ! Je trouve que l’on se concentre trop sur les problèmes et pas assez sur les solutions…
    Enfin pour ma part!
    La méditation comme tu dis semble être une solution préconisée mais je n’ai jamais pris le temps d’essayer…
    Bonne continuation! et que la force soit avec nous!

    • Vanda on

      Merciii pour ton partage tellement enrichissant! Ça me fait chaud au coeur que tu te sois reconnue dans cet article, je me sens moins seule moi aussi :-), je me reconnais à 100% dans les périodes que tu décris.
      Il existe plusieurs diagnostiques psychiatriques qui peuvent expliquer ces changement d’humeur et même si parfois ils aident à pouvoir mieux comprendre ce qui se passe en nous, ça ne résout malheureusement rien du tout de le savoir. Personnellement, j’ai été diagnostiquée étant hypersensible et ayant une personnalité émotionnellement labile (borderline) en plus de la dépression pour expliquer ces hauts et ces bas.
      Je suis toujours entrain de tester plusieurs techniques pour garder le max de stabilité et je les partagerai tout bientôt sur le blog, j’espère que certaines pourront t’aider!
      Encore merci pour ton commentaire, je te souhaite plein de bonheur et une bonne continuation!

  • Aurely on

    Bonjour Vanda, me voilà maintenant depuis 1 an en « depression » malgré mon traitement et mes rdv chez la psy. C’est en cette période de down que je vadrouillais sur le net et je suis tombé sur ton article. Je me reconnais là à 200%.. Il y a des jours où la bonne humeur m’envahit, envie de parcourir le monde, me défouler au sport, sortir contempler la nature, parler aux gens, danser, jouer avec mon fils de 2 ans ! La vraie moi quoi! Me sentant enfin guérit, me voyant commencer le sevrage de ce fichu effexor !! Puis… Du jour au lendemain tout s’ecroule sans aucune raison apparente. Pleur, fatigue, envie de rien, frustration, dégoût… Et la psy me parle d’augmenter la dose !! Ce qui serait un gros échec pour moi. Alors je commence à me trouver d’autre maladie, suis je bipolaire que j’ai ces changements d’humeurs !?? Non, me répond telle. OK. Mais alors j’ai quoi ? Quand cela va t’il cesser ?!! Pas de réponse… 9 mois de traitement et toujours ces up and down. J’en peux plus… J’eleve seule mon fils 7/7j. J’aimerai tellement être sûre de me sortir de la un jour… J’ai conscience que rien de dure, de vivre l’instant présent (j’ai lu le livre d’Eckart Tollé et tant d’autre… Mais rien n’y fait… Où en es tu de ton côté ?

    • Vanda on

      Bonjour Aurely,
      Merci infiniment pour ton témoignage qui me touche énormément. Vraiment je compatis à ta souffrance…
      Je comprends tout à fait que tu considère le fait d’augmenter la dose comme un échec. Et même si ça peut te soulager ça ne résoudra dans aucun cas le problème de fond.
      Actuellement, j’ai toujours des hauts et des bas, un peu plus espacé et moins violent tout de même. Ce n’est toujours pas réglé mais j’ai pu constater que quand je me sens bien, je fais beaucoup de choses, pour profiter à fond de ces moments de mieux et j’organise aussi plein d’activité. Mais je n’arrive pas à reconnaître assez tôt la fameuse limite. Celle qui indique que j’en ai trop fait, que je suis entrain de puiser dans mes réserves, et que je fatigue. Et comme je rate ces premiers signaux, quand je me rend compte que je suis allée trop loin (trop d’activité, trop de sollicitation, trop de fatigue surtout) c’est déjà trop tard, je suis au début de la descente et il me reste qu’à couler, récupéré et remonter ;-(
      Les pistes de solutions que je vois actuellement pour moi et peut-être te parleront-elles aussi:
      – Mieux planifier mes activités en réfléchissant en termes d’énergie (il y a des activités qui me donnent de l’énergie et d’autre qui m’en demandent même si j’aime tous les deux les faire, je pense d’ailleurs en faire un article à l’occas (dis moi si ça t’intéresse?))
      – Alléger au max l’agenda surtout quand ça va bien (utra dur pour moi)
      – Repérer les premiers signes de fatigue, de descente de moral, de stress,… et ralentir à ce moment là sans attendre! (pas facile et j’ai l’impression que ça passe plus d’abord pas le corps (tensions,..) et toi?)
      – Être plus connectée à mes envies, mes besoins et moins me laisser emporter par le tourbillon de la vie

      Voilà où j’en suis en ce moment dans mon cheminement. Est-ce que ces pistes de solutions te parlent aussi? En as-tu découverts d’autres depuis ton message? Où en est-tu avec ta psy?

      Je t’envoie plein, plein de courage pour tous ces moments difficiles et espère de tout cœur que tu sortira très très vite de cette maladie et que tu aura plein de beaux moments sans ces horribles bas!

      Merci encore pour ton partage, et si tu as envie qu’on en parle plus, écris moi à vanda@depressaction.com 🙂
      Bonne journée et bon courage

  • Alex on

    Très bel article.. super analyse.. moi qui suit toujours au taquet.. je viens de le faire lire à ma femme.. je suis exactement comme vous.. je pratique l’hypnose / sophrologie et la médiation..
    Je crois que le temps fera son job.. et oui au lieu de chercher à comprendre mieux vos acceptez et adoptez nos petits demons!!
    Bravo..

    • Vanda on

      Merciii Alex! Ton commentaire m’a vraiment fait chaud au coeur!
      J’admire ta façon de voir les choses et j’adore ta phrase d’accepter et adopter nos petits démons!
      C’est vraiment ça, à un moment donné, on se rend compte que ça ne sert à rien de se battre contre mais qu’il faut faire avec, de son mieux.
      Ça ne veut pas dire qu’on abandonne, bien au contraire, mais qu’on a décidé de les prendre en compte et de faire au mieux avec, pour que nos petits démons nous embêtent le moins possible.
      Super combinaison, sophrologie/hypnose et méditation! Je pratique régulièrement la méditation mais je ne me suis pas encore intéressée à la sophrologie et l’hypnose (à part quelques fois en séances psy). Merci pour l’astuce, j’essayerai ça!
      Merciiii pour ton commentaire et au plaisir de te relire par ici!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Name and email are required