Je vais mal, merci et toi?

Imaginons, la rencontre entre Paula et Hugo (le mari de la meilleure amie de Paula):

Hugo: Hey ! Salut comment tu vas ?

 

Paula: Hello, ça va et toi ?
(En vrai : Nooooon en fait ça va pas, c’est presque l’été et j’ai pris du poids ces derniers temps, je me sens tellement mal dans ma peau, j’ai l’impression d’être une grosse vache… J’ai tellement pas confiance en moi et ces kilos en plus ne m’aident vraiment pas à me sentir bien..)

 

Hugo: Oui ça va bien merci !
(En vrai : Bof, c’est pas la joie… On s’est à nouveau disputé ce matin avec ma femme. Pour un truc tout bête en plus ! Mais ces temps, on s’embrouille pour tout et rien. Ça me préoccupe et je ne sais vraiment pas comment faire pour améliorer la situation. Et notre situation financière est vraiment difficile en ce moment…)

 

Ici ce sont deux connaissances, mais on retrouve ce même genre de dialogue dans tous type de relations, des plus éloignées à parfois même des relations beaucoup plus proches comme ses amis et sa famille.

 

Est-ce que tu te reconnais un peu dans ce petit dialogue entre Paula et Hugo? Dire que tout va bien, mécaniquement, sans même envisager de partager ce qui se passe vraiment dans ta vie ? Sans oublier qu’on a une petite tendance à croire que la personne en face de nous a une meilleure vie, moins de soucis et qu’on ne peut pas lui dire ce qui se passe vraiment pour nous, n’est-ce pas ? Mais pourquoi faisons-nous ça ?

 

Personnellement je pense qu’il y a plusieurs raisons telles que : la peur d’embêter l’autre avec nos histoires et nos petits malheurs, peur d’être jugé et également, l’envie de garder une bonne image de soi devant une personne qui nous semble, elle, n’avoir aucun soucis dans sa vie et tout pour elle!

 

Cette impression que la vie de l’autre est meilleure que la nôtre est fortement amplifiée par nos chers réseaux sociaux où l’on poste, rappelons-le, généralement nos plus beaux moments, ce dont on est le plus fier ! Ce qui est assez logique dans le fond. Mais qui a également un revers un peu malsain. Je pense notamment aux personnes publiques, qui semblent toujours être en top méga super forme, belles, vivant dans des endroits magnifiques, voyageant sans cesse dans des lieux incroyables et ne semblent pas touchées le moins du monde par les soucis des simples mortels tel que moi… Ce qui a pour résultat que parfois, je me sens un peu nulle comparée à leur vie de rêve… Ceci ajouté aux postes de nos amis proches et moins proches, qui publient eux aussi leur meilleur profil, leur plus beaux moments et les plus belles photos de leur vacances, font que nous sommes au quotidien entouré de modèles et de vies qui semblent parfaitement parfaites !

 

Est-ce que je suis la seule à parfois ressentir une sorte de découragement face à ce flux continuel de beauté, voyage et positive attitude permanente diffusée sur nos réseaux sociaux ? Dis-moi stp en commentaire, si toi aussi de temps en temps tu te sens comme moi ! Me sentirai moins seule 😀

 

Le pire, je trouve c’est que du coup, nous avons tendance à reproduire ce schéma dans nos vies et nos relations. On n’ose pas dire à la personne combien on est stressé en ce moment, que notre vie de couple n’est pas toujours rose, que nos enfants ne sont pas toujours des anges tombés du ciels, que les fins de moins sont parfois bien difficiles, de nos peines de cœurs mais aussi se sentir mal, déprimé, mal dans sa peau, angoissé…

 

Ces petites et grandes difficultés qui rythmes nos quotidiens et parfois nous pourrissent réellement la vie et dont on aimerait bien arriver à se débarrasser pour se sentir plus libre, épanouis et heureux dans notre vie ! Et bien souvent, ce sont ces petites problèmes qui au fur et à mesure d’être ignoré en mode « autruche la tête dans le sable » se transforment en gros problèmes jusqu’à qu’on ne puisse plus les ignorer. Alors que si nous en avions parlé dès le début, si nous nous en étions occupé dès les premiers signes, ces problèmes n’auraient certainement pas prit une telle ampleur.

 

Pour quoi au fond donnons-nous la réponse « Oui ça va merci » automatiquement ? Les apparences ? La peur d’embêter l’autre ? D’être considéré comme un Caliméro en puissance ? Et pourtant, si on réfléchit bien, ne serait-ce pas les conversations où l’on parle de nos joies mais aussi de nos peines, ou l’on se confie à l’autre, ou on partage ce qui nous touche le plus, qui sont les conversations les plus profondes et les plus enrichissantes ? Là où on découvre que l’autre aussi, contrairement à ce que l’on pensait, nous comprends mieux que ce qu’on imaginait ? Qu’il a peut-être vécu quelque chose de similaire ou est d’excellent conseil ?

 

Il n’y a quelques temps, j’ai croisé par hasard une connaissance, on a commencé à parler un peu et elle m’a demandé comment ça allait pour moi ces temps. Je lui ai répondu en toute franchise que j’avais passé un mois difficile à cause de ma dépression mais qu’aujourd’hui ça commençait à aller gentiment mieux. Je lui ai demandé pour elle comment ça allait et elle me répond que « ça va ». Voyant qu’elle n’a pas l’air très bien, je me permets d’insister en lui demandant, si ça va vraiment bien car j’ai l’impression qu’elle n’a pas l’air très bien aujourd’hui. Et à ce moment-là, elle commence à me raconter les difficultés qu’elle vit dans son couple, les larmes plein les joues.

 

Je suis toujours surprise par le nombre de personnes qui me confie leurs moments douloureux, leur manque de confiance en eux, leur besoin de s’isoler que je n’aurai jamais soupçonné. Et surtout de toutes ces conversations, ces relations enrichissantes, qui n’auraient jamais existé si je n’avais pas commencé par dire la vérité au lieu de « ça va » ainsi que d’oser insister doucement si il me semblait que la personne en face de moi ne me semblait pas dans son meilleur jour.

 

Bien sûr, ce n’est pas facile, surtout au début, de se dévoiler ou même de demander à l’autre « Mais j’ai l’impression que tu es pas très en forme ces jours, est-ce que tout va vraiment bien pour toi ? »

 

Et je trouve dommage, vraiment dommage qu’au jour d’aujourd’hui que les difficultés et problèmes courants, la souffrance, la maladie, le mal-être, le manque de confiance en soi et encore plus les maladies mentales soient des sujets la plus part du temps tabous ! Qu’on n’ose pas dire ni demander comment ça va vraiment, qu’on s’autocensure, qu’on veuille uniquement montrer notre côté resplendissant.

 

Et pourtant qui n’a pas de difficultés dans sa vie ? Qui a une vie 100 % rose bonbon, licorne arc-en-ciel et grand soleil tout le temps ? Personne.
Nous avons tous nos combats, plus ou moins important, plus ou moins graves,.. car nous sommes humains !

 

Est-ce qu’on ferait pas mieux de tous nous entraider au lieu de vouloir paraître parfaitement parfait dans une petite vie parfaite? Ce qui au final on le sait tous, n’est qu’une grande et parfaite illusion…

 

Je souhaite, à travers Dépress’Action et dans ma vie de tous les jours, contribuer à ma manière à un monde meilleur, à créer autour de moi, toujours plus de relations basées sur l’authenticité et de lever les tabous autours du mal-être quel qu’il soit, de la maladie physique et mentale, de la souffrance,…

 

Je souhaite partager en écrivant des articles concernant le développement personnel, axés sur les moyen de comment se sentir toujours plus épanouis, mieux dans sa vie et comment chaque jour devenir meilleur que hier. Mais j’aimerai le faire sans mentir sur les mauvais moments, sur les combats à mener et sans faire croire que le chemin est parsemé de roses sans épines,…

 

Si toi aussi tu partages mon envie d’un monde avec moins de tabous et plus d’authenticité, moins de peur et plus d’amour, moins de « je n’ose pas » et plus de partages, je t’invite à toi aussi passer à l’action le plus souvent possible en étant toi-même, authentique et en osant demander « Comment ça va « pour de vrai » » et en parfois aussi avouer « ça pourrait aller mieux, est-ce que je peux t’en parler? ».

« Ne sous-estime jamais la puissance de tes actions. Un seul petit geste peut changer la vie d’une personne, pour le mieux. »

Je te laisse sur cette jolie citation et te souhaite une belle journée pleine d’actions!

Des bisous

 

Reçois chaque début du mois le Courrier du Colibri avec des conseils exclusifs et les derniers articles de Dépress’Action

Comments

  • Natacha on

    Magnifique article « je vais mal, merci et toi? » . Très parlant, très vrai.

    • Vanda on

      Merci Natacha pour ton message 🙂 🙂

  • Ermin Jusic – Blog ZenAnge on

    Bonsoir Vanda,
    Je tenais à te remercier infiniment pour ta profonde sincérité. Cet article résume bien les travers des réseaux sociaux mais le manque d’empathie et de profondeur dans les interactions sociales. Je me retrouve dans tout ce que tu as écrit.
    Pour ma part, je ne compte plus le nombre de fois où j’ai refoulé mes émotion et répondu complètement à côté quand on demandait comment ça va… Et c’est encore pire quand on ne répond pas à cette question : « comment tu te sens ? »
    Le « comment tu te sens » me piquait au vif, cette question me semblait si intrusive parce qu’elle me poussait à exprimer mes émotions. Et quand elles sont confuses et négatives, c’est difficile de formuler une réponse claire.
    Je tiens également un blog qui parle de développement personnel mais une petit touche spirituel, ZenAnge. Mais je me suis en mode pause car j’étais agacé par certaines approches en matière de développement perso et spirituel. J’ai regretté le caractère beaucoup trop commercial et superficiel proposé par les réseaux sociaux. A travers mes articles, je fais au mieux pour raconter mes expériences, transmettre mes connaissances et partager mes interrogations en toute sincérité.
    Je te souhaite une bonne continuation et une douce soirée.
    Bien à toi. Ermin

    • Vanda on

      Salut Ermin,
      Merci infiniment à toi pour ce commentaire qui m’a vraiment fait chaud au cœur!
      Oui, je trouve aussi que c’est très difficile de répondre à la question « comment tu te sens? » qui pour moi est une invitation à se confier sur son état réel.
      Même si la personne est réellement ouverte à entendre la réponse, c’est rarement facile d’arriver à mettre des mots sur ce qu’on ressent quand on est pas bien et que même pour nous c’est confus… Et c’est vrai que même si j’essaye d’être toujours plus authentique, il m’arrive encore souvent de répondre « ça va bien merci. », par habitude et par peur que si ma réponse est différente elle sera mal reçue,… Mais même si ce n’est pas facile, je continuerai essayer de mettre toujours plus d’authenticité, de profondeur et d’empathie dans mes interactions sociales qu’elles soient en direct ou virtuelles.
      Je suis allée faire un tour sur ton blog! Et j’ai beaucoup aimé l’authenticité et la sincérité de tes textes. J’aime beaucoup lire des articles comme les tien, à cœur ouvert 🙂
      J’ai bien compris en lisant tes textes pourquoi tu avais été dégouté par certains aspects du développement perso, spirituel et des réseaux sociaux.
      Et je partage une partie de tes opinions surtout concernant l’aspect « vache à lait » et le manque d’interaction « réelle » au profit d’une interaction via les réseaux sociaux. Toutefois, c’est peut être justement une excellente raison de continuer à écrire, après avoir prit un moment de pause, en étant à contre courant, pour montrer au monde qu’il existe des personnes comme toi, sincère et authentique qui travaille chaque jour pour un monde avec plus d’empathie et de profondeur! Qu’en penses-tu?
      Merci encore pour ton commentaire et bravo pour tes textes! C’est avec plaisir qu’en tant que passionnée de voyage, je lirai tes articles sur ton deuxième blog 😉
      Je te souhaite une bonne continuation et au plaisir de te lire.
      Vanda

      • Ermin Jusic – Blog ZenAnge on

        Je suis d’accord avec toi, Vanda. Je pense que nos écrits ont du sens et qu’il est important de continuer.
        Quel que soit le domaine, je m’investis pleinement. Quand je me lance dans un projet, une création ou relation, je le fais beaucoup d’implication, d’énergie et de générosité. C’est un don de Soi… Mais qui peut s’avérer épuisant dans la durée.
        C’est pourquoi, j’ai besoin de faire un break, de me retirer. C’est du temps que je prends pour moi, pour mon bien-être. Une façon de me récompenser moi-même de mes efforts. Je profite de ces moment pour prendre du recul, procéder à des réajustements. Je deviens moins présent sur les réseaux sociaux. Je continue d’écrire mais « à l’ancienne ». Le contact de la plume sur le papier, au calme avec une musique douce.
        J’alimente mon blog sur mon temps libre. Je dois donc concilier ma recherche d’emploi, ou plutôt mon projet de microentreprise avec mes 2 blogs. Je fais au mieux parce que c’est toute une carrière pro que je dois reconstruire.
        Je suis vraiment dans une période de transition, à la recherche d’un juste équilibre. Je compte redémarrer du bon pied à la nouvelle année.
        Au plaisir de lire tes nouvelles publications 🙂
        Bonne soirée

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Name and email are required